Vallée de Cocora, Salento, Colombie

Salento, la région du café

Salento est un village touristique situé dans la vallée du café.

Le trajet pour se rendre à Salento est encore une fois bien mouvementé car très montagneux. Le bus que nous avons pris ne s’arrête pas dans la ville, il nous dépose sur le bord de la route où nous attendons qu’un minibus passe. La nuit tombe, la pluie aussi, les minibus passent en nombre et au bout d’une heure l’un d’eux finit par s’arrêter pour nous prendre. Nous arrivons donc la nuit tombée à Salento.

Après un rapide tour dans le centre, nous savons que nous allons nous plaire dans cette petite ville où tout se fait à pied rapidement. Notre auberge est aussi très agréable car en plus des sept chats qui y vivent, la gérante est adorable et aux petits soins avec nous. Si vous passez par là : Casa del Loro.
Nous en profitons pour nous reposer et flâner dans les rues colorées. Il y a une courte balade entre deux miradors sympa à faire et quelques restos plutôt cool qui nous permettent de goûter de nouveaux plats, dont un restaurant de gringos qui fait des burgers monstrueux et très bons (que même Théo a eu du mal à terminer). Nous goûtons également les fameuses obleas de Colombie, qui sont des grandes gaufres rondes servies par deux avec une garniture (sucrée le plus souvent) entre les gaufres, pour nous c’est arequipa et crema de leche (caramel liquide et lait concentré), un délice !

Nous entamons ensuite notre première visite : la vallée de Cocora, connue pour ses palmiers les plus hauts du monde.
Pour s’y rendre, il faut prendre une Jeep depuis la place centrale, le matin. Nous sommes une dizaine à l’intérieur et les derniers font le trajet debout à l’arrière de la Jeep. Théo a expérimenté le trajet debout et ça en vaut la peine pour admirer le paysage.

Nous voyons les premiers palmiers dès que l’on arrive sur le parking et ils sont effectivement impressionnants !
Pour entrer sur le site nous sommes partis à gauche en sortant du parking en suivant tout le monde. Il y a deux entrées, la première est payante mais on accède directement au parc avec les palmiers. La deuxième est gratuite, avec une promenade dans la nature pour débuter et le parc pour finir.
En suivant les gens nous nous sommes retrouvés à la première entrée alors que ce n’est pas ce que nous voulions mais c’est un mal pour un bien. En effet, le matin le temps est dégagé et nous pouvons apprécier la vue sur les tous les palmiers avec un peu de ciel bleu. Le temps s’est ensuite couvert rapidement.

Nous faisons quand même ensuite un bon tour, en montant jusqu’au mirador… qui est complètement dans les nuages. Puis nous continuons de monter jusqu’à une petite maison fleurie pour enfin emprunter un chemin qui descend beaucoup (et qu’il va falloir remontrer après !) pour nous rendre jusqu’à la maison des colibris. L’entrée est payante mais une boisson est comprise avec l’entrée. Nous optons pour le chocolat chaud (à l’eau) et avons le droit à un morceau de fromage pour accompagner notre chocolat (assez commun en Colombie). Ici on peut observer des colibris en grand nombre et se rendre compte à quel point ils volent vite !
Notre pause terminée, nous rebroussons chemin en espérant que le temps se soit dégagé au mirador et ce n’est pas du tout le cas, les nuages ont décidé de passer la journée ici.

En redescendant nous apercevons un passage sur la gauche qui va vers un autre mirador et offre une nouvelle vue sur le parc. Nous décidons de continuer de descendre depuis le mirador plutôt que de retourner sur le chemin et profitons d’une jolie balade au milieu des palmiers et des vaches. Nous nous retrouvons enfin tout en bas du parc, bien après l’entrée et devons escalader pour sortir du parc. Des jeeps attendent sur le même parking qu’à l’arrivée pour repartir vers Salento.
Une journée bien sympa dans ce parc atypique !

La deuxième visite type du coin est la visite d’une plantation de café !
Il existe plusieurs haciendas autour de Salento qui proposent des tours : des très grandes qui récoltent avec des machines et exportent à l’international, jusqu’aux toutes petites qui ont des plantations organiques et vendent seulement dans la région.

💡 Pour info, le café très réputé de Colombie ne se trouve pas dans le pays car il est directement exporté à l’étranger !

Nous optons pour la visite d’une petite hacienda et nous rendons à la finca la Arzacia. Il est facile de s’y rendre à pied par un petit chemin qui passe devant plusieurs haciendas en une trentaine de minutes de marche depuis Salento.
Le propriétaire des lieux nous propose soit d’attendre une demi-heure un tour qui va commencer en anglais, soit de visiter avec lui en espagnol. Bon, ça fait quatre semaines que nous sommes en Colombie alors on se dit : allez, va pour le tour en espagnol, ça sera plus authentique en plus ! En plus le propriétaire joue le jeu et nous parle lentement, nous pensons donc avoir compris toute la visite.

En tout cas voici ce que nous avons retenu sur l’élaboration du café :
1 – On récupère une graine de café et on la plante dans un terreau fertile avec des vers de terre parce que c’est de la plantation organique et que les vers font plein de bonnes choses dans la terre.
2 – Lorsque l’on a une bonne pousse, on plante celle-ci dans la terre.
3 – Pendant que les fruits du café poussent sur la plante, on installe des pièges naturels contre les insectes. Ces pièges consistent à mettre un alcool rouge dans un récipient suspendu à l’intérieur d’une bouteille en plastique découpée. L’insecte attiré par la couleur rouge de l’alcool entre dans la bouteille puis devient ensuite « burracho » (bourré) à cause de l’alcool et tombe finalement au fond de la bouteille.
4 – On récolte les fruits quand il y en a plein et qu’ils sont mûrs (rouge).
5 – On passe les fruits dans une machine qui retire leur peau pour ne laisser que les grains de café.
6 – On récupère les grains et on les fait sécher soit au soleil pendant 5 jours, soit dans une machine à 50 degrés, pas plus pas moins pendant quelques heures.
7 – On fait dorer les grains dans une casserole.
8 – On moud les grains.
9 – On prépare le café pour le boire !

Nous avons le droit à la fin à une dégustation du café que nous n’avons pas du tout aimé car il est très (très très, parole de Théo qui aime le café noir) amer.
Le propriétaire semblait déçu qu’on ne lui achète pas de café et nous étions déçus qu’il soit déçu. La visite est en tout cas sympa, pas très chère et nous avons appris plein de choses !

Il est déjà temps de quitter Salento, nous avons adoré notre séjour ici et partons un peu tristes de cette ville mais de nouvelles aventures nous attendent dans un décor complètement différent : les déserts de Tatacoa.

Salento

N’oublions pas Touti, qui a lui aussi eu l’occasion de voir les plus grand palmiers du monde !

Nos infos :

🚌 Se déplacer

  • Vers la vallée de Cocora : Jeep sur la place centrale, 3 800COP/pers. (1,1€) le trajet.
  • Vers les déserts de Tatacoa : Prendre un premier bus jusqu’à Armenia pendant un peu moins d’une heure pour 4 200 COP/pers. (1,2€), puis un bus jusqu’à Neiva pendant 7h pour 40 000 COP/pers. (11,3€) et enfin un collectivo jusqu’au désert de Tatacoa pendant 1h15 pour 20 000COP/pers. (5,7€)

🎒 Visiter

  • Vallée de Cocora : 3 000COP/pers. (0,9€) l’entrée directe vers les palmiers. Gratuit en faisant la boucle .
  • Finca la Arzacia : 10 000COP/pers. (2,8€).

🍽 Manger

  • Todo Riko : Environ 10 000COP/plat (2,8€). Deux enseignes dans la même rue, une avec hamburgers et l’autre avec plats plus traditionnels comme les arepas rellenas.
  • Brunch: 19 500COP (5,5€) l’énorme hamburger.
  • Obleas : Au mirador. 1 000COP (0,3€).

🛏️ Dormir

  • Casa del Loro : 46 000COP/nuit (13€) la chambre double avec salle de bain commune.