Sentier de Montabo en Guyane

Guyane, le bilan

Les informations importantes

Langue : Français

Devise : Euro (€)

350g de Nutella : 4,25€

Décalage horaire avec la France : 4h en hiver, 5h en été.

Notre séjour en Guyanne

Du 6 au 17 septembre 2017

    Notre bière préférée

    Jeune Gueule, bière Guyanaise
    La Jeune Gueule, bière artisanale brassée ici en Guyane.

    Notre étape en Guyane est un peu particulière car nous avons rendu visite à de la famille chez qui nous étions hébergés. Cela nous a permis un délai d’acclimatation et de découverte, ainsi que de bénéficier de l’expérience et des contacts de notre famille, ici en Amérique du sud.

    Difficile de croire que nous sommes en France dans ce département d’outre mer. Il est fréquent de voir des conducteurs de deux roues sans casque, les habitations faites de bois et de tôle ne sont pas rares, on entend parler de quelques carjacking…
    Nous qui arrivons de notre petit confort « parisien » et sur les conseils de notre famille guyanaise, nous décidons d’effectuer une transition en douceur vers l’aventure : nous nous déplacerons majoritairement en voiture et le cas échéant nous serons rentrés avant la tombée de la nuit.

    L’histoire de ce département est très fortement liée aux bagnes qu’il a hébergé. Nous découvrons les histoires de bagnards tout au long de notre séjour ici.

    Quel mot décrit le mieux la Guyane Française ?

    Multiculturel !
    Les Africains, les Asiatiques, les « métro » (c’est comme ça que sont surnommés les Français de métropole), les Haïtiens et les Antillais sont, entre autres, des communautés très présentes. Cette diversité forme la richesse culturelle de la Guyane.

    Une petite déception ?

    Ne pas avoir assisté au décollage d’une fusée du centre spatial de Kourou !

    Cuisine 🍝

    On retrouve dans la cuisine guyanaise des traces du mélange de tous ces peuples. Le plat typique guyanais n’existe pas, on trouvera plutôt des adaptations de plats des différentes cultures avec des produits locaux comme le poulet boucané. Nous découvrons également ici le piment de saveur (communément appelé piment végétarien) qui est un piment qui ne pique pas, l’acoupa (rouge) un poisson à écailles, la pitaya rouge (que nous connaissions du Vietnam dans sa version blanche sous le nom de fruit du dragon) et les chips de dachine.

    Faune 🦎

    La Guyane c’est nos premiers pas en Amérique du Sud et plus précisément dans la région de l’Amazonie, alors forcément on a vu quelques trucs inhabituels ! Ici on a l’impression que tout est disproportionné : les cafards font trois fois la taille des nôtres, les scarabées font la taille d’une main et les lézards sont plus grands qu’un avant bras ! Il y a aussi beaucoup de fourmis et nous découvrons rapidement les piqûres de fourmis rouges. Nous découvrons aussi l’agouti, une sorte de rat/écureuil vivant dans la forêt (et qui se mange) et nous rencontrons des singes peu farouches aux Iles du Salut. On entend beaucoup parler d’iguanes et de matoutous (grosses araignées velues inoffensives) mais nous n’aurons pas la chance d’en croiser ici.

    Déplacements 🚌

    En transports en commun

    Nous aurions plutôt du appeler cette partie « L’absence de transports en commun ». Ici encore, nous n’avons pas l’impression d’être en France, il n’y a aucun train et presque aucun bus ! Un réseau de bus semble se développer sur Cayenne et ses alentours mais ils ont l’air assez rares et peu fréquentés, c’est pourquoi on voit beaucoup de gens faire du stop un peu partout.

    En voiture

    Le réseau routier de Guyane se caractérise par une seule route majeure qui traverse le pays d’ouest en est : de Saint-Laurent du Maroni à Saint-Georges de l’Oyapock. Cette route, qui dessert également Kourou et Cayenne, est limitée à 90km/h mais il est fréquent d’y voir des voitures à plus de 130km/h.
    Deux barrages de douanes sont présents sur cette route: un à Iracoubo et un un vers Régina. Pour passer il suffit de présenter ses papiers d’identité, ce qui a été très rapide avec nos cartes d’identité française.

    En TaxiCo

    Nous ne les avons pas pris, mais il existe des taxis collectifs (communément nommés TaxiCo), qui font de longs trajets comme Cayenne – Saint Georges. Ce sont des minibus de 9 places et leur départ se situe près de la gare de bus de Cayenne. Il est préférable d’y aller la veille pour récupérer le numéro de téléphone du chauffeur, avec qui vous pouvez discuter de l’organisation comme le prix, l’heure de départ et éventuellement le lieux de prise en charge.

    Climat ☀️

    Le mois de septembre étant en pleine saison sèche, il fait très (très très) chaud : entre 25 et 35°C tout le temps. Nous apprécions bien la clim la nuit et la crème solaire la journée !
    Les moustiques sont peu présent en cette saison mais nous nous faisons quand même piquer à la tombée de la nuit. Nous nous couvrons avec pantalon et haut à manches longues lors de ce qu’on appelle « la volée » (heure de gloire des moustiques en fin de journée, lorsque le soleil se couche) et dormons avec une moustiquaire. Le climat chaud et humide nous fait beaucoup transpirer et nous voyons apparaître quelques boutons de chaleur qui démangent pas mal. Rien de bien grave, ils disparaîtront aussi vite qu’ils sont apparus.

    Formalités 📄

    La Guyane étant un département français, le passeport n’est pas obligatoire pour entrer sur le territoire. A l’arrivée à l’aéroport Felix Eboué, il suffit de montrer sa carte d’identité Française pour qu’ils nous laissent passer sans même la vérifier.
    En revanche, le carnet de vaccination, attestant que le vaccin contre la fièvre jaune a bien été fait, est demandé à l’enregistrement des bagages à Orly.