Ciudad Perdida, Colombie

Colombie, le bilan

Les informations importantes

Colombie

Langue officielle : Espagnol

Devise :
Peso Colombien (1€ = 0,000289COP en 10/2017)

350g de Nutella : 13 700COP (3,8€)

Décalage horaire avec la France : 6h en hiver, 7h en été.

🔌 Prise électrique : Américaine

💰 Retirer sans frais : Bancolombia

Notre séjour en Colombie

Du 3 octobre au 8 novembre 2017

    Budget

    10 4337COP/jour/personne (29,38€) soit 1116€ en 37 jours

    Plus de dépenses dans les loisirs, dues aux tours en Amazonie et à la Ciudad Perdida.

    Notre bière préférée

    Les plus populaires sont la Club et l’Aguila, des bières légères.
    Nous avons préféré la BBC (Bogota Beer Company) qui est plus originale et en plusieurs déclinaisons.

    C’est un véritable coup de coeur que nous avons eu pour la Colombie. C’est le premier pays de notre tour du monde que nous visitons à fond et ça restera un moment fort de notre séjour en Amérique du Sud !

    Nous sommes arrivés en Colombie après 10 jours en famille en Guyane et la traversée de l’Amazonie par le Brésil. On peut donc dire que c’est le premier pays que nous visitons intégralement en mode backpack. Nous sommes arrivés sans attente particulière… mais nous n’avons pas été déçus. Au contraire ça a été une très très belle surprise, si bien que nous avons passé une semaine de plus que ce qui était prévu et nous nous sommes « forcés » à partir, curieux de découvrir le reste du continent et pour ne pas nous mettre trop en retard sur le reste du Voyage.

    Mais c’est safe comme pays ça ?!

    Comment parler de la Colombie sans parler de son histoire ? Nous autres européens avons beaucoup d’idées reçues sur ce pays qui a été longtemps synonyme de drogue, de criminalité et de corruption. Pourtant TOUS les voyageurs qui ont parcouru ce pays récemment vous le diront, il n’est pas plus dangereux de visiter la Colombie que de visiter un autre pays d’Amérique du Sud. Les règles de sécurité de base sont à respecter dans les grandes villes comme Bogota ou Medellín mais comme dans toutes les grandes villes du continent.
    Sur tout notre séjour, nous n’avons jamais ressenti d’insécurité, nous ne nous sommes jamais retrouvés dans des situations malaisantes, au contraire nous n’avons eu à faire qu’à la gentillesse des colombiens à l’égard des touristes.

    Et les colombiens dans tout ça ?

    Cette gentillesse sincère et chaleureuse est certainement due au fait que le pays s’ouvre sur le tourisme, depuis que les questions d’insécurité se résolvent. La population colombienne est ravie que leur pays ne soit plus boudé par les touristes. Les colombiens sont toujours heureux d’aider lorsqu’on leur pose une question et souvent il n’y a même pas besoin de demander quoi que ce soit, ils viennent vers nous pour savoir ce que nous cherchons ou ce que nous voulons et nous guident sans arrière-pensée, sans autre intérêt que de nous rendre service. Nous avons aussi vu des personnes arrêter nos guides de Free Walking Tour à Medellín pour nous donner leur bénédiction, nous remercier d’être là et de nous intéresser à leur pays et à leur histoire !

    Sinon, qu’y a-t-il à découvrir ?

    Premièrement, au niveau de la nature la Colombie dispose d’une grande variété de paysages : de la forêt Amazonienne aux plages caribéennes, des plus grands palmiers du monde au désert rouge formé par l’érosion… Tout cela offre une multitude de possibilités de visites et de randonnées !

    Deuxièmement au niveau de l’histoire, la Colombie a une forte influence indigène et certains peuples dans le nord du pays continuent de vivre selon les traditions indigènes d’antan. De plus, politiquement le pays a une histoire super intéressante : de la libération de l’invasion espagnole, en passant par les histoires de cartels, jusqu’à la récente résolution des problèmes de guérilla civile.

    Cinq semaines à parcourir la Colombie et nous n’avons pas arrêté de visiter, randonner, découvrir, si bien qu’à la fin nous étions trèèèès fatigués ! Et nous savons que nous n’avons découvert qu’à peine la moitié de ce que le pays a à offrir.
    La Colombie nous aura également appris à trouver notre rythme de Voyage. Nous avons fait et vu beaucoup de choses dans ce pays, mais avec le recul, nous aurions aimé prendre un peu plus notre temps. Nous savons maintenant pour les prochains pays que rien ne sert de courir, prendre son temps est essentiel pour vivre ce Voyage pleinement, tant physiquement que mentalement.

    Nous pourrions faire l’éloge du pays pendant des heures mais rien ne vaut l’expérience. Allez-y, osez faire le premier pas vers ce pays, il vous le rendra bien, vous ne serez pas déçus !
    A ce jour, si il y a un pays d’Amérique du Sud dans lequel nous devions revenir, c’est sans l’ombre d’un doute la Colombie que nous choisirions.

    Cuisine 🍝

    La nourriture de Colombie n’est pas la plus raffinée mais elle nous a quand même changé du Brésil car elle est plus variée !
    Le plat typique reste pourtant sur la même base : Un féculent (riz ou pâtes), des lentilles ou des haricots et une viande. La viande la plus commune est le poulet et surtout la « pechuga » c’est à dire la poitrine (donc du blanc de poulet). La viande de bœuf est très très cuite comme au Brésil.

    Spécialités

    Nous avons quand même découvert d’autres spécialités comme le salpicon, un poisson haché avec des légumes. Nous n’avons vu ce plat que sur la côte nord, en descendant au sud le salpicon est devenu une salade de fruits 😊.

    Les plats varient en effet en fonction des régions.
    À Bogota la spécialité est l’ajiaco, un plat qui consiste en une soupe avec poulet, maïs, riz, avocat, câpres, crème… un plat bien copieux !
    À Medellín et Salento nous avons découvert la bandeja paisa, encore un plat copieux : viandes hachée, chicharrón (peau de porc frit), oeuf, saucisse, avocat, haricots, arepa.
    À Salento nous avons testé l’arepa rellena , une arepa fourrée à la viande au fromage, maïs, champignon… et le maduro rellena la variante avec banane plantain à la place de l’arepa. Pas cher et copieux !

    D’ailleurs une arepa c’est quoi ? Et bien c’est un aliment auquel on ne peut pas échapper en Colombie ! Une galette faite à base de farine de maïs qui se mange chaude et qui n’a pas beaucoup de goût mais qui nourrit bien ! On l’a trouvé sous toute ses formes en fonction des parties du pays : simple, fourrée au fromage, au choclo (autre sorte de maïs), recouverte de confiture et de fromage (oui les deux en même temps). On en trouve un peu partout dans la rue, c’est vraiment LE produit phare ici !

    La street food est courante ici, on trouve toujours de quoi manger rapidement si l’on n’a pas peur du gras avec empanadas et autres aliments frits mais aussi brochettes ou burgers. Coup de cœur pour le patacón con todo, trouvé seulement à Carthagène, qui consiste en une assiette avec banane plantain, saucisse en lamelles, oignons, maïs, salade, ketchup-mayo fromage et mini-frites, un régal !

    La grande découverte en Colombie c’est le menu del día, composée d’une soupe, un plat et une boisson. On le trouve surtout le midi et il est très économique. On a fait le calcul et si l’ont veut manger de la viande ça ne vaut pas le coup de faire les courses, le menu del día est le plus économique (environ 6-8 000COP le menu). Quant à la boisson c’était dans un premier temps un liquide sucrée à base de panela qui est fait à base de jus de canne de sucre, le goût est particulier. Plus au sud la boisson consistait en une sorte de jus de fruit très dilué.
    On retrouve ce genre de menu partout en Amérique du Sud !

    Boissons

    Vous le savez sûrement, la Colombie est connue pour son café et bien que le meilleur soit directement exporté, ça reste quelque chose d’important ici. Le café est souvent gratuit le matin et parfois à disposition toute la journée dans les hôtels et auberges de jeunesse !
    Autre boisson chaude testé à Salento : le canelazo, une sorte de vin chaud local fait à base d’aguardiente et de cannelle.
    Nous avons aussi découvert la chicha (prononcer tchi-tcha), une boisson alcoolisée faite à base de maïs fermenté.
    Également beaucoup de jus de fruits dégustée, c’est agréable surtout lorsqu’il fait chaud. On choisit ici de boire son jus coupé avec de l’eau où avec du lait et il est malheureusement assez courant que certains fruits soient congelés. Nous avons découvert deux fruits : lulo et guanabana.
    En terme de fruits nous avons également mangé beaucoup de bananes et de bananes plantain !

    Desserts

    On trouve quelques gâteaux sympas dans les panaderías (boulangeries), comme ceux fourrés à l’arequipa, ce caramel à tartiner que l’on trouve un peu partout.
    Il y a aussi beaucoup d’obleas dans la rue, de grandes gaufres fines et rondes. Celles-ci sont la plus part du temps, servies par deux avec des garnitures sucrées à l’intérieur. On peut parfois ajouter du fromage en plus. C’est simple mais très bon !
    Et oui les colombiens ont l’air de bien aimer mélanger le fromage avec du sucré. On a d’ailleurs appris, lors de notre Free Walking Tour à Bogota, qu’il est courant de prendre son chocolat chaud avec du fromage fondu dedans !

    Nous avons mangé dans toutes sortes d’endroits, sans trop nous poser de questions et les seuls fois où l’estomac a souffert c’est en revenant d’excursions.

    Faune 🦎

    Notre découverte de la faune en Colombie a été la plus importante lors de notre excursion en Amazonie. Nous y avons découvert et côtoyé différentes espèces de singes, nous avons également approché un anaconda, aperçu une petite tarentule, pêché des piranhas, vu un coati ainsi que des perroquets.
    Lors de notre trek à la Ciudad Perdida, nous avons fait une rencontre moins agréable : les sandflies, ces minuscules bêtes volantes dont la piqûre démange énormément.

    Déplacements 🚌

    Courte distance

    • A pied : Comme au Brésil, il est facile de se repérer dans les rues qui n’ont pas de noms mais des numéros. Les rues des villes sont quadrillées, il y a les carreras dans un sens et les calles dans l’autre.
      La place principale dans toutes les villes s’appellent la Plaza Bolívar.
    • Le bus
    • Les taxis avec compteur kilométrique. Le prix est plus cher la nuit.

    Longue distance

    • Le car est le moyen le moins cher pour les trajets longue distance. Une seule classe de siège existe : inclinables à 160°. Il faut « réserver » (la journée même du départ a toujours suffi pour nous) dans une agence au terminal. Les bus de nuits sont très souvent très très froids, il faut penser avoir de quoi se couvrir.
    • Le collectivo ou minibus qui part lorsqu’il est plein. Souvent le seul moyen d’effectuer des trajets de quelques heures. Il suffit de demander au terminal votre destination et on vous indiquera le collectivo a prendre. Parfois il y a des agences qui vous donnent un ticket, parfois il faut juste monter et payer au chauffeur en descendant.

    Climat ☀️

    La météo est très variable d’une région à une autre en Colombie.
    Proche du Brésil, Leticia en Amazonie est humide et chaude, tout comme la côte caribéenne tropicale. En revanche, Bogota et certaines autres villes du centre du pays sont assez hautes, ce qui en fait des villes plutôt froides. A Bogota le temps est aussi extrêmement changeant, il faut penser à garder sa veste de pluie pas trop loin, contrairement au désert de Tatacoa, constamment sec et très chaud.
    En somme, pas de températures extrêmement froides mais la polaire est appréciée dans le centre du pays, alors que le short est de sortie en Amazonie, sur la côte nord et à Tatacoa.

    Formalités 📄

    Le passeport est nécessaire pour entrer en Colombie. Nous disposons d’office de 90 jours sur le territoire colombien, renouvelable pour 90 jours de plus sur demande en ambassade. Nous avons effectué notre entrée à Leticia, le bureau de l’immigration se situe à l’aéroport. Il est important de noter que nous disposons de 24 heures maximum entre le tampon de sortie du Brésil et celui d’entrée en Colombie, sous peine de s’exposer à une grosse amende.
    Durant nos 40 jours dans le pays, notre passeport a été contrôlé deux fois : à la sortie de Bogota et en allant à Medellín, mais il vaut mieux l’avoir sur soi lors des grands déplacements.

    Autre

    Ponctualité : A l’image des brésiliens, les colombiens sont très peu ponctuels et ça se ressent principalement aux départs des bus quasiment jamais à l’heure prévue. Les minibus partent quand ils sont pleins et nous avons eu beaucoup de chance, étant souvent les derniers passagers à les remplir pour partir sur le champ.