Forteresse de Kuelap, Pérou

Chachapoyas, le nord du Pérou

Situé dans le nord du pays, Chachapoyas est éloigné des autres lieux touristiques du Pérou et épargné par le tourisme de masse présent dans le reste du pays. Pourtant plusieurs points d’intérêts se situent à proximité dont le plus connu : les ruines de Kuelap !

La ville de Chachapoyas est très différente de tout ce que nous avons vu jusqu’à présent. Les rues sont en terre, les murs sont recouverts de poussière. C’est pourtant le genre de ville qui avec un peu d’entretien aurait un charme fou, comme Villa de Leyva en Colombie. Nous passons notre première journée à flâner dans cette ville tout de même très sympa !

Les sarcophages de Karajia

Nous commençons le début des visites le lendemain, en partant voir le site de Karajia, où se trouve des sarcophages de momies sur un flanc de montagne. Ce n’est pas le genre d’endroit que nous aurions visité en premier, en temps normal mais après toutes ces randonnées nous avons envie de changement et de simplicité. Les agences proposent des tours pour s’y rendre mais il est aussi possible d’y aller par ses propres moyens et c’est ce que nous faisons !
Nous partons donc à la gare routière pour prendre un collectivo jusqu’à Luya. De là, il faut ensuite prendre un second collectivo en direction de Karajia, qui est en fait l’ancêtre de Uber Pool, avec un chauffeur qui attend de remplir sa voiture. Et pour être remplie elle est remplie, nous sommes six à bord : le chauffeur, le passager avant et quatre personnes à l’arrière, dont nous et une petite mamie très gentille qui nous pose plein de questions et nous raconte un peu sa vie.
Après avoir déposé tout le monde chez soit, nous arrivons enfin au village de Karajia, où une jeune fille nous attend pour nous faire payer l’entrée du site.
Nous prenons ensuite le chemin qui mène aux sarcophages en 20 minutes de descente assez pentu et un virage à gauche qui mène au flanc de montagne.
Nous pouvons alors observer les six sarcophages qui se trouvent en hauteur, dans la roche. Il y a en aussi d’autres en face plus loin et moins jolis.

💡 Pour la petite histoire, les sarcophages ont seulement été retrouvés en 1985. En effet, le peuple qui s’appelle également Chachapoyas vivant dans la région auparavant, avait pour coutume d’enterrer les personnes importantes dans des sarcophages. Ils détruisaient ensuite les chemins pour accéder aux tombeaux, afin que ceux-ci ne soient pas retrouvés. Plutôt efficace puisque ceux-ci datent tout même des années 1460 !

Après un moment de contemplation, nous reprenons le chemin inverse puis attendons un lonnng moment qu’un collectivo repasse dans le village. Nous avons tout le loisir de regarder les dames du village tricoter et se raconter des petits potins, en attendant. Au bout d’une heure et demi, nous repartons avec le même chauffeur qu’à l’aller. Celui-ci fait tout le tour du village pour récupérer les gens et nous nous retrouvons cette fois à neuf dans la voiture : le chauffeur, trois personnes à l’avant, quatre à l’arrière et une dans le coffre. Ça c’est folklorique !
Nous rentrons ensuite à Chachapoyas à bord d’un grand collectivo avec une place pour chaque personne et Théo, qui se retrouve à côté du chauffeur, se fait reprendre parce qu’il n’a pas mis sa ceinture. Étonnant comme remarque lorsque l’on vient de voyager à 9 dans une petite voiture de ville 🤔 (les passagers avant sont en fait tenus d’attacher leur ceinture vis à vis de la police). Et si vous êtes étonnés que nous soyons étonnés de devoir attacher notre ceinture, sachez que ce n’est pas quelque chose de commun ici, c’est d’ailleurs la première fois du voyage que l’un de nous a dû s’attacher.

Cette excursion nous prend tout de même la journée entière. Pas très rentable en terme de temps pour seulement 15 minutes d’observation sur le site. Passer par une agence pour voir d’autres sites en plus est donc sûrement plus avantageux si l’on est gourmand de visites (mais moins authentique pour la partie transports 😊).

Nous voulions ensuite partir voir la cascade de Gocta qui fait tout de même 771 mètres mais nous n’avons finalement pas la motivation pour une autre excursion. Nous partons donc à Nuevo Tingo afin de visiter les ruines de Kuelap.

Kuelap

La forteresse de Kuelap est considérée comme le Machu Picchu du nord. Il y a encore peu de temps, on ne pouvait y accéder qu’à pied, après plusieurs heures de montée. Depuis mars 2017, des télécabines relient le site au village de Nuevo Tingo (les premières télécabines du Pérou et construites par une société Grenobloise s’il vous plait !).

Après une nuit passée dans ce village, nous partons à pied aux télécabines (oui nous ne sommes pas braves cette fois et choisissons la facilité). Malheureusement, il y a des travaux et celles-ci n’ouvrent pas à 08h comme prévu et il y a pas mal de gens avant nous. Nous ne montons finalement qu’à partir de 10h30.
Pour cela, nous prenons dans un premier temps, un bus où tout le monde doit s’attacher et des instructions de sécurité nous sont données sur des petits écrans. On se croirait un peu dans un parc d’attraction. Après quelques minutes, nous rejoignons les télécabines et entamons l’ascension jusqu’au site qui dure une vingtaine de minutes. Arrivés en haut, il faut aller au bureau de vente de billets. A côté se trouvent pleins de stands d’artisanat.
Il faut ensuite monter pendant 15 minutes, en empruntant des marches, pour rejoindre la forteresse puis devant les remparts prendre à droite pour accéder à l’entrée (nous sommes rentrés par la gauche, qui est en fait la sortie et ça a été assez dramatique avec un gardien du site vraiment mécontent).

La visite est très intéressante. Les ruines constituent une ancienne forteresse construite par les Chachapoyas, avec des maisons en cercle (comme à la cité perdue de Colombie) et ornées de décorations en pierres. Nous passons 1h30 à visiter ce site en compagnie de beaucoup d’autres touristes.
Nous apprenons que Chachapoyas peut se traduire par « guerriers des nuages » et cela prend tout son sens en voyant cette citée entourée par les nuages.

Le parcours est fléché et il faut bien suivre le sens et rester sur les sentiers, où sont en train d’être construits des parterres en bois, sans quoi l’un des gardiens du site se fera un plaisir de sortir son sifflet pour vous réprimander ! Il y a des travaux d’aménagement à plusieurs endroits et nous sentons que le site s’ouvre à un important tourisme grâce à l’ouverture des télécabines. Et même si nous en avons profité aussi, nous trouvons cela dommage car tout cela semble dénaturer ces jolies ruines.

Nous repartons sous la pluie en descendant les marches glissantes. Attention donc et cela jusqu’à la dernière marche, si vous ne voulez pas glisser et finir à moitié dans un buisson… Oui oui c’est du vécu (nous vous laissons deviner auquel de nous deux c’est arrivé) !

Le musée de Leymebamba

Après cela, nous récupérons nos sacs dans l’intention de partir à Leymebamba. Pour cela, nous faisons du stop jusqu’à Tingo, le village qui se trouve juste en dessous mais à quand même 45 minutes de marche. Nous attendons ensuite devant le poste de police qu’un collectivo passe et cela dure vraiment vraiment longtemps. Nous avons alors tout le temps d’observer un âne qui vient de s’échapper pour venir continuer sa vie à côté de nous. Sa propriétaire arrive quelques minutes plus tard en hurlant pour récupérer le fuyard. Une petite distraction durant nos 3 heures d’attente.
Désespérés, nous finissons par héler tous les véhicules qui passent et une voiture s’arrête enfin pour nous prendre. Bon, le conducteur nous a fait payer le trajet mais nous sommes contents d’arriver à bon port. Le village n’est pas des plus accueillants mais trouvons un hôtel pas mal et un petit restaurant sympa qui fait des pizzas (sûrement surgelées).

En attendant un collectivo…

Alors à la question : mais que faites-vous dans ce village perdu ? Et bien sachez qu’il y a un petit musée qui a retenu notre attention et nous a fait venir par ici. En effet, des momies qui ont été retrouvées en 1997 sur un site à proximité (la laguna de los Condores), y sont conservées afin d’être étudiées et il est possible de les voir.
Il nous faut moins d’une heure et demi de marche pour nous rendre à pied à ce musée (ne croyez pas maps.me qui prévoit une heure de marche supplémentaire), en passant par un petit chemin sympa qui monte pas mal.
Le musée raconte l’histoire des Chachapoyas de la région. C’est très intéressant et les momies que l’on découvre à la fin de la visite le sont tout autant ! Celles-ci sont en très bon état de conservation, en partie grâce à la technique de momification pratiquée par le peuple Chachapoyas.

momies du musée Leymebamba, Pérou

Les momies du musée de Leymebamba

Nous rentrons après cette visite, pour attendre notre bus de nuit qui se rend à Cajamarca. Celui-ci n’est pas du tout confortable et au milieu de la nuit, nous sommes tous réveillés pour changer de bus dans la ville de Celendin. Nous arrivons de bon matin à Cajamarca, où nous ne faisons que passer avant de rejoindre la côte. Le temps d’une journée pour flâner dans cette ville plutôt sympa.
Nous en profitons pour goûter du cuy, c’est à dire du cochon d’Inde. Ben oui, nous en voyons depuis l’Equateur, il fallait bien que nous en goûtions à un moment donné ! Pour le retour d’expérience, et bien en plus du fait que l’on voit la tête et les pâtes de la petite créature dans son assiette, nous n’avons pas du tout aimé le goût 😕. Mauvaise expérience donc.

Nous avons beaucoup aimé cette première étape dans le nord du Pérou, où nous avons beaucoup appris sur les Chachapoyas dont nous n’avions jamais entendu parler avant.
💡 Pour la minute culture, les Chachapoyas étaient donc un peuple indien qui vivait dans le nord du Pérou. Ceux-ci ont longtemps résisté à la conquête des Incas et comme nous avons pu le découvrir, quelques vestiges de leur vie passée sont encore présents au Pérou.

Après notre petite pause à Cajamarca, c’est reparti pour deux bus en passant par Trujillo et un trajet de 24h afin de rejoindre notre destination finale : Huaraz !

Touti aussi a découvert la culture Chachapoyas !

Nos infos :

🚌 Se déplacer

  • De Chachapoyas à Karajia : 2h de trajet en faisant un changement à Luya. 5PEN/pers./trajet donc 10PEN/pers. pour la totalité du trajet (2,5€).
  • De Chachapoyas à Nuevo Tingo : 2h de trajet en voiture collective, 7PEN/pers. (1,8€).
  • De Nuevo Tingo à Leymebamba : 45min de trajet, 7PEN/pers. (1,8€).
  • De Leymebamba à Cajamarca : Compagnie : Virgen del Carmen, il y a un bureau de vente à Leymebamba. Départ : 22h30. Temps de trajet : 10h. Coût : 35PEN/pers. (8,8€).
  • De Cajamarca à Trujillo : Compagnie : Linea, 6h de trajet, 20,40PEN/pers. (5,1€).
  • De Trujillo à Huaraz : Compagnie : Linea, 7h30 de trajet, 50PEN/pers. (12,5€).

🎒 Visiter

  • Sarcophages de Karajia : 5PEN/pers. l’entrée.
  • Kuelap : 20PEN/pers. (5€) le trajet en télécabines. 20PEN/pers. l’entrée au site.
  • Musée de Leymebamba : 15PEN/pers. (3,8€) l’entrée.

🍽 Manger

  • A Chachapoyas : La Tushpa, restaurant pour manger de la viande rouge avec la cuisson de son choix. 25PEN/pers. le plat simple (6,3€).
  • A Leymebamba : Restaurant à coté de Virgen del Carmen qui vend les billets de bus, environ 30PEN la pizza (7,5€).

🛏️ Dormir

  • A Chachapoyas : Aventura Backpackers. Pas le grand luxe mais ça suffit. 15PEN/nuit/pers. (3,8€) en dortoir.
  • A Nuevo Tingo : Tambo Candela, 40PEN/nuit (10€) la chambre double avec salle de bain commune.
  • A Leymebamba : Hostel Casona, 30PEN/nuit (7,5€) la chambre double avec salle de bain privée.
  • A Cajamarca : Chakra Runa Backpacker, 25PEN/nuit/pers (6,3€) en dortoir.