Coucher de soleil sur l’Amazone

Brésil, le bilan

Les informations importantes

Langue : Portuguais

Devise : Réal Brésilien (1€ = 3,7R$ en 09/2017)

350g de Nutella : 18,19R$ (4,87€)

Décalage horaire avec la France :
Macapà/Manaus : 4/5h en hiver, 5/6h en été.

🔌 Prise électrique : Compatible France.

💰Retirer sans frais : Banco do Brasil.

Notre séjour au Brésil

Du 18 septembre au 02 octobre 2017

    Budget

    105R$/jour/personne soit 420€ en 15 jours

    Notre bière préférée

    Bohémia, bière BrésilienneBien que nous ayons principalement v(b)u de la ITAIPAVA pendant notre séjour au Brésil, nous avons préféré la Bohémia goûtée chez Xavier.

    Notre trajet au Brésil s’est limité à la partie nord du pays où nous avons traversé les états d’Amapa, du Para et d’Amazonas.

    Nous avons préféré visiter seulement l’Amazonie par soucis de temps (oui c’est grand quand même le Brésil : 8,516 millions km² !) et de logistique, pour effectuer notre tour d’Amerique du sud. Et cela nous donne une excuse pour revenir plus tard, visiter le reste du pays 😊.

    Notre parcours

    Nous avons entamé notre voyage au Brésil à Oiapoque, ville frontalière avec la Guyane.
    Nous avons ensuite continué à Macapá en prenant un car.
    Puis nous avons entamé la traversée de l’Amazonie en bateau, en nous rendant à Santerém, puis à Manaus, puis à Tabatinga qui est la ville frontalière avec la Colombie.
    Les trajets en bateaux sont longs : 36h puis 48h puis encore 36h. C’est amusant la première fois, surtout parce que l’on dort en hamac sur le bateau et que l’on découvre plein de choses, mais plutôt long par la suite…

    La communication

    La communication n’a pas été facile. Nous sommes en effet arrivés sans aucun connaissance en portugais (à part bonjour et merci). Nous avons donc appris au fur et à mesure, les mots essentiels et arrivions plus ou moins à comprendre ce qui était écrit et à nous faire comprendre. Mais nous sommes étions vite perdus dès que l’on s’adressait à nous sans contexte précis. Les grandes conversations sur la vie avec de parfaits inconnus ou les réponses aux simples questions de son voisin de bateau, était donc quasiment impossibles. Ce qui limitait nos interactions avec les habitants du pays (mais bon c’est le début du Voyage alors nous avons encore beaucoup de choses à nous raconter tous les deux :P).
    Malgré cela, nous avons trouvé les Brésiliens vraiment patients et compréhensifs, à nous laisser le temps de comprendre (ou pas) et décider ce que l’on veut. Ce qui nous change énormément de Paris…

    Cuisine 🍝

    La base de l’alimentation au Brésil sont le riz et les haricots (rouge ou noir) qui accompagnent tous les repas.

    Le manioc est aussi très présent. Ici lorsque l’on dit farine on parle de la farine de manioc. Celle ci se met directement dans l’assiette, elle remplace en quelque sorte le pain français. Elle est souvent présente dans un récipient posé sur la table et on la reconnaît à sa couleur jaune.

    Nous avons goûté quelques spécialités :
    Tapioca : Les galettes de tapioca sont composées de manioc et se mangent avec un peu de beurre ou bien accompagnées de fromage, jambon, viande… pas mauvais du tout !
    Prato feito : littéralement « plat fait », consiste en une assiette composée de riz, haricots, pâtes et salade, le tout accompagné d’une viande. On y ajoute bien sûr de la farine de manioc. C’est le plat pas cher que l’on retrouve un peu partout.
    Tacaca : Soupe composée d’un bouillon à base d’oignon, ail, coriandre, ciboulette et de Tucupi (jus issu du manioc), mélangé avec du tapioca et des crevettes. Un peu difficile pour nous.
    Vatapa : Mélange de pain, lait de coco, crevettes, arachides broyées et huile de palme dans une pâte crémeuse… visuellement ça ressemble un peu à de la bouillie jaune mais ce n’est pas du tout mauvais.
    Saucisse calabrese

    Beaucoup de petites spécialités salés et sucrées pour manger rapidement, que l’on achète dans les « Lanche/Lanchonete », kiosques ou chariots ambulants. On y trouve beaucoup de pains, feuilletés, sablés, tapioca fourrés au fromage, jambon, poulet, bœuf… mais aussi des spécialités sucrées comme le gâteau au maïs.

    Il est aussi très commun de trouver des restaurants avec buffet et prix de la nourriture en fonction du poids de l’assiette.

    Globalement la nourriture brésilienne est simple et copieuse : féculants et viande. Ce n’est pas mauvais mais on a l’impression de tout le temps manger la même chose et de surtout se nourrir et non de savourer (mais il y en a qui s’en contente avec plaisir => Théo).

    Sinon le café est servi directement sucré (très sucré). On peut quand même tenter de le demander « amargo » (amère).

    Nous avons aussi goûté quelques fruits, ceux que nous connaissons un peu : passion, goyave mais aussi ceux que l’on découvre : caju, cupuaçú, açaí.
    Même Théo joue le jeu en buvant des jus de fruit (c’est un bon début).

    Faune 🦎

    Nous en avions entendu parlé en Guyane, nous les découvrons au Brésil : les matoutous et les iguanes !
    Nous avons découvert les matoutous, qui sont des araignées assez grandes, poilus mais inoffensives, à Oiapoque et vu des iguanes, qui se sont montrés le plus simplement du monde en descendant d’un arbre, sur une place publique à Alter do Chão.

    Des fourmis aussi, beaucoup de fourmis qui mangent vos gâteaux et tout ce qui se consomme, si vous les laissez traîner.

    Et toujours plein d’insectes, inconnus souvent et 3 fois plus grand que chez nous.

    Déplacements 🚌

    Courte distance

    • A pied :
    • Les rues des villes sont construites en blocs et sont nommées par des nombres. Il y a les calles dans un sens et les carreras dans l’autre.

    • Le bus est le moyen de transport le moins cher. En ville nous avons dépensé environ 3R$ par trajet.
      Où payer : Dans les grands bus il y a un chauffeur et une autre personne assise sur un côté avec une caisse. C’est à cette personne que l’on paye le bus, elle nous débloque ensuite un tourniquet pour accéder aux places assises.
      Horaires : Pas d’horaires ici mais les bus sont assez fréquents.
      Le trajet et les arrêts ne sont pas inscrits dans le bus, demander au chauffeur ou au caissier.
    • Les moto-taxis sont en grand nombre, même si nous ne les avons pas testés. Les conducteurs ont l’air arrangeant, un passager avec un petit meuble à la main : pas de problème !
    • Les taxis avec compteur kilométrique. Le prix est plus cher la nuit.

    Longue distance

    • Le car est le moyen le moins cher pour les trajets longue distance.
    • Le taxico ou taxi collectif, plus cher que le car mais plus rapide.
    • Le bateau pour traverser l’Amazonie sur le plus grand fleuve du monde.
      Le moins cher est le gros bateau où l’on dort en hamac ou en cabine.
      Une autre solution beaucoup plus rapide mais aussi plus onéreuse est le bateau « expresso » où l’on voyage un peu comme dans un car.

    Climat ☀️

    Nous voyageons au Brésil au début du printemps. En septembre c’est la saison sèche, comme en Guyane, donc il n’y a que très peu de pluie. La température dépasse les 35 degrés au milieu de la journée mais heureusement, notre séjour en Guyane nous a permis de commencer à nous habituer à cette chaleur.
    De même, le soleil se lève aux alentours de 6h et se couche avant 19h, ce qui influence le rythme de vie.
    Il y a 5h de décalage avec la France lorsque nous arrivons mais en avançant vers l’ouest, une heure de décalage supplémentaire s’ajoute (à partir de Manaus). Le soleil se couche alors plus tôt.

    Formalités 📄

    Avec un passeport français il n’y a pas besoin de visa. On est enregistré au moment où l’on donne son passeport et l’on peut rester 90 jours sur le territoire. Cette période est renouvelable au semestre suivant.

    Autre

    Ponctualité : un bateau, un spectacle avec une heure de retard, pas de panique ici c’est normal.
    Sécurité : on nous met en garde sur la sécurité à plusieurs reprises. Il est possible de se faire braquer dans la rue lorsque la nuit est tombée. Il faut donc éviter de se retrouver le soir dans des endroits avec peu de monde pour éviter ce genre de situation.